, / 485 0

Kootenay Life

SHARE

Difficile à décrire tant qu’on n’est pas dedans, mais je me lance :
«  Kootenay Life c’est … Ahhhhhh j’sais pas comment décrire ça ! »

Voici quelques trucs bien à elle :

Ici, travailler à temps partiel ne signifie pas nécessairement not successful , c’est souvent un choix et ce choix qui n’est pas mal vu ici. C’est la décision de vivre le « à côté » davantage plutôt que le fameux 40 h/semaine. Les gens font un choix de vie plus relax, c’est tout. Aller travailler, ensuite faire une « bike ride » ou 2-3 descentes à la montagne et puis retourner faire un petit  3 h à un autre emploi à temps partiel ; c’est assez commun. Certains travaillent juste assez pour vivre et payer leurs loisirs. Ils vivent dans la modestie volontaire et non la surconsommation et le matérialisme. Pas de luxe : juste chiller et suivre SA wave et ses passions.

Ici, manger bio ce n’est pas trendy, mais plutôt bien ancré dans le mode de vie des gens. Gluten free, vegan, végétarien, name it! Par choix, par conviction et non seulement par obligation. Les épiceries offrent beaucoup plus de produits en ce genre qu’au Québec. Des épiceries spécialisées tel qu’Organic matters ont même une vaste sélection en vrac d’aliments bios. Dans la même lignée, les bières de la micro-brasserie Nelson Brewery sont, elles aussi, certifiées bios.

Est-ce que je vous ai déjà parlé de l’Oso? NON !!!

L’Oso Negro est un peu comme le point de rencontre des gens de Nelson. L’atmosphère est vraiment géniale : il y a toujours des gens à l’extérieur prêt à te jaser ça sans même te connaître. Parler de tout et de rien dans, je dois vous le dire, le plus beau café que j’ai côtoyé ces dernières années. La majorité de mes journées de planche débute ou finisse ici. Si vous passez par Nelson, vous retrouverez cette petite merveille sur la rue Ward tout près de Baker St.

Le «Kootenay-time», ça m’a pris quelques semaines avant de comprendre ça. En gros, si quelqu’un te dit « je serai là VERS 13 h » et ben attend le pas avant 13 h 30! Haha! Étant un gars organisé qui aime savoir ce qu’il fait et à quelle heure il le fait, c’était, définitivement, un peu spécial pour moi.

L’esprit de partage et la gentillesse des gens sont aussi très remarquables. Par exemple, le premier soir où nous sommes arrivés à Nelson, une amie d’une amie, qui nous était inconnue à ce moment-là, nous a accueilli à bras ouverts dans sa maison pour nous loger. (Merci Anne-Marie!). À combien de pot luck avons-nous été invités? Je sais pas… au moins une vingtaine. Aussi, des soirées de chansons à répondre. On faisait même pas ça au Québec.

On a eu la chance d’avoir un peu de visite du Québec pendant l’année et comme nous, ces personnes étaient « sul’cul » de voir comment les écarts de température étaient extrêmes si on compare le haut de la montagne avec la ville. Par exemple, lorsqu’il fait 3° en ville pis qu’il pleut à verse, ça veut dire qu’il doit neiger en sincrème à la montagne : powder day!

Et est-ce que j’ai pelleté cet hiver? Hmmmmm… non !
Ai-je déneigé mon auto? Oui… 5 fois !
Est-ce que j’ai mis mon manteau en duvet? Oublie ça, fait jamais assez frette icitte!

En gros, ce que j’essaie de dire, c’est que le climat est assez doux. Mais, le downside à tout ça (parce qu’il y en a toujours un) : c’est déprimant des nuages d’octobre à février.

Sorel, ma belle! Kootenay Life

Une petite liste de fun facts pour terminer :

  • Les commerces ferment à 18 h le vendredi soir.
  • Les commerces peuvent rester fermés s’il a neigé +/-20cm de neige dans la nuit.
  • Les chiens sont plus souvent qu’autrement acceptés dans les endroits publics.
  • On ne tue pas les insectes;  on doit les remettre dans la nature, sain et sauf.
  • Les enfants sont les bienvenues dans les bars.

Finalement, si t’es fait pour rester ici, la ville t’acceptera. Sinon, elle te dira poliement d’aller voir ailleurs 😉

 

 

RÉINITIALISER MON MOT DE PASSE

CONNEXION