, / 1238 1

Sorel, ma belle! X FAST | Marc-André Jean-Montenegro, le leader

SHARE

La 9e année du Festival FAST s’ouvrira ce jeudi à l’Annexe, en formule 5 à 7. En collaboration avec le Festival FAST, Sorel, ma belle! présentera le portrait de 5 bénévoles du comité organisateur cet événement unique d’art émergent en Montérégie. Cette année, ce sont plus de 25 shows musicaux, 12 artistes visuels présentant en galerie, 9 courts-métrages et 7 prestations de théâtre/performance/littérature qui seront présentés en trois jours à Sorel-Tracy.

Débutons sans plus tarder les présentations avec Marc-André Jean-Montenegro, président et directeur général du Festival FAST.


Crédit : Joannie Verreault

Crédit : Joannie Verreault

À sa première année avec le FAST, Marc-André était bénévole. Puis, au changement de garde en 2015 (assurée auparavant par Iannick Pepin et sa bande), il a prit la charge de directeur général de l’événement. Un poste qui faisait plein de sens pour celui qui sortait du Baccalauréat en administration des HEC Montréal; un beau-grand-défi auquel s’attaquer pour un profil entrepreneur.

Depuis deux ans, les défis du jeune leader de 23 ans ont été de travailler à diversifier la programmation et maintenir la notoriété du festival et sa capacité de diffuser, augmenter le volume, et consolider les liens de partenariats avec la communauté et les diffuseurs. Je ne sais pas pour vous, mais à entendre ces mots, je croirais entendre n’importe quel gestionnaire; les défis sont ciblés, nommés et des actions sont prises.

Puis de gros changements au sein de l’équipe ont eu lieu; le FAST a dû travailler avec les gens qui restaient, recruter de nouveaux talents et les intégrer à leur fonction respective. « Au FAST, on est jeune, on est qualifié dans le domaine qu’on exerce, et on trouve des Sorelois qualifiés pour occuper les postes disponibles » affirme Marc-André.

« On aime le souligner : on est des Sorelois. Beaucoup d’entre-nous sommes à Montréal, mais c’est bon signe qu’on fasse le FAST et qu’on continue à le faire. » – Marc-André Jean-Montenegro.

Faut le savoir, l’organisation de l’événement prend des mois de préparation, plusieurs jours de montage, une fin de semaine exténuante. Pour Marc-André, cela signifie aussi de terminer sa Maîtrise en gestion aux HEC Montréal, travailler à temps plein à Granby, habiter à Montréal et passer les week-ends à Sorel-Tracy pour l’organisation du FAST. Alors, ma question : Marc-André, le FAST, pour combien de temps encore? « Le FAST, c’est un fil conducteur qui évolue, qui demande tellement d’effort d’un année à l’autre, qu’on réévalue à chaque fois si on le refait ou non. C’est trois jours intenses, mais on le prend une édition à la fois, mais surtout, on le fait parce qu’on a du fun. » Chaque année, en tant que bénévole, Marc-André et son équipe se remettent en question à savoir s’ils font bien leurs devoirs ou non, et s’ils répondent à la mission du festival. De jeunes gens bien responsables, finalement.

Avec le line-up de cette année, quelle est ta plus grande attente?
J’ai bien hâte de voir Bermudes. 🙂

 

Lisez toute la série #SorelMaBelleXFAST :
Sorel, ma belle X FAST | Laurianne G Grenon, la guerrière
Sorel, ma belle X FAST | Marco Gagnon, le passionné
Sorel, ma belle X FAST | Marc-Antoine Farly, la crème-de-la-crème
Sorel, ma belle X FAST | Joannie Verreault, gardienne de l’univers

One Comment

RÉINITIALISER MON MOT DE PASSE

CONNEXION